Affichage des articles dont le libellé est Shoah. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Shoah. Afficher tous les articles

19 janvier, 2012

Gérard Goldstein,fils de mon oncle Wolf

Je recherche mon cousin Gérard Goldstein,fils de Wolf ,afin de lui verser l'indemnisation de 900€ à laquelle il a droit.
10.000€ ont été octroyé  à mes grands-parents Samuel et Jochvet (dite Héléna),du fait des spoliations.
Leurs ayant droit peuvent demander leur dû

18 janvier, 2012

Hanna Léa Kaplan,née Goldstein, "dite Lisa"

Je recherche les descendants de ma tante Hanna Léa Kaplan,née Goldstein, "dite Lisa",afin de leur verser l'indemnisation de 900€ à laquelle ils ont droit.
10.000€ ont été octroyé  à mes grands-parents Samuel et Jochvet (dite Héléna),du fait des spoliations.
Leurs ayant droit peuvent demander leur dû

Je sais que"Lisa" a eu une fille qui s'appelle Claudine née Kaplan

Elieser Goldstein,dit Léon

Je recherche les descendants de mon oncle Elieser Goldstein,afin de leur verser l'indemnisation de 900€ à laquelle ils ont droit.
10.000€ ont été octroyé  à mes grands-parents Samuel et Jochvet (dite Héléna),du fait des spoliations.
Leurs ayant droit peuvent demander leur dû
Je ne sais pas ce qu'est devenu mon oncle,et s'il a eu des descendants.

03 mars, 2008

LA FONDATION FERNAND HALPHEN

Cliquez sur la photo pour l'agrandir
LA FONDATION FERNAND HALPHEN

Aux n° 10 et 12 : Fondation Fernand Halphen datant de 1926.
Sur une plaque(voir photo plus bas) on peut lire : À la mémoire des 112 habitants de cette maison dont 40 petits enfants déportés et morts dans les camps Allemands en 1942.
Ils ont été déportés vers Auschwitz,via Drancy, par les convois
N°37: le 25/09/1942: voir la liste ICI
et
N°38: le 27/09/1942mains, parti le 25 septembre 1942 d

A cet endroit, la fondation Halphen avait fait édifier une sorte de HLM pour les familles ouvrières juives. , une rafle vint arracher à l’immeuble 110 personnes présentes : femmes, enfants, personnes âgées. Destination Auschwitz. Presque tous ont péri dans les chambres à gaz. Une plaque que les déportés viennent fleurir chaque année, le 28 avril, rappelle ce crime.
lele septembre 1942
Une nouvelle plaque portant les noms de famille (donc le mien) a été apposée le 30 avril 2007 dans "les bains-douches"au n° 8 (voir la photo plus bas)
Ces immeubles étaient confortables, il y avait les WC, l'eau , etc...Mais pour prendre un bain ou une douche, il fallait descendre dans la cour au 8 Rue des deux ponts 75004 Paris ( voir la photo plus bas)
Face au quai de Célestins, dans la rue des Deux-Ponts qui traverse la Cité, la fondation Fernand Halphen, installée dans deux corps de bâtiments construits en 1926 et 1930 abritait une cinquantaine de logements aux loyers modestes destines à des familles nombreuses.
La rue des Deux-Ponts qui relie, en traversant l’île de part en part, le pont de la Tournelle et le pont Marie ; de plus, cette rue coupe l’île en deux parts égales.
C'est là où vivaient mes grand-parents.Ce logement est resté dans la famille jusqu'au décès (il y a 3 ans) de ma tante Viola Liberman, une de leurs filles.
Le 15 février 1899, Fernand Halphen a épousé Alice Koenigswarter (1878-1963). Elle a créé la base de Halphen (Fondation Halphen) dont le but était d'aider des étudiants de composition dans le conservatoire à éditer et le début leurs travaux.
La base a également créé le logement social sur l'île St Louis à Paris, tirant profit d'un arrangement controversé pour démolir un côté d'un original, rue de dix-septième-siècle. 10-12 des Deux-Ponts de rue logé autour de 50 appartements loyer-commandés dans deux blocs datant de 1926 et 1930 et familles nombreuses visées.
D'ici 2003, le bloc d'appartement avait détérioré mais les locataires de faible revenu toujours logés, une partie de qui avait vécu là pendant des décennies, dans ce qui est la zone la plus chère simple de la France pour immobilier. D'ici 2004, les locataires ont eu toute la gauche et les réalisateurs ont commencé une révision importante, vente « luxueuse, » one-four prestigieux bedroomed les appartements climatisés. Le premier acte des constructeurs rénovant le bâtiment était de ciseler outre de la plaque colorée de mosaïque au-dessus de l'entrée principale, roulement les mots « Fondation Fernand Halphen 1926. » Aucune trace des restes de la présence de la base. En août 2006, un appartement à une chambre dans le bâtiment était en vente pour 600.000 euros, 39.7 fois le salaire minimum français brut annuel.
Une partie du texte est traduit par un robot):voir en anglais:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fernand_Halphen
10-12 rue des Deux-Ponts
Cliquez sur les images pour les agrandir

Cérémonie aux Bains-douche: 8 rue des deux-ponts






21 février, 2008

Je recherche les personnes qui ont hébergé mes soeurs pendant la SHOAH

Je recherche les personnes qui ont hébergé mes sœurs pendant la SHOAH
PHOTO PRISE EN 1946, ce sont les quatre plus grandes


Encore une bouteille à la mer

Mes sœurs: Raymonde, Suzanne et Jacqueline GOLDSTEIN nées entre 1926 et 1936 ont été placées dans la Mayenne entre 1942 et 1945,Denise née en 1939 les a rejointes plus tard, chez des paysans qui s'appelaient Boulanger et auraient été baptisées..ou quelque chose qui y ressemble, que l'on faisait à certains enfants juifs
Ils ont été payés pour cela
J'ai fait une demande auprès d'une chercheuse, qui a écrit un livre à ce sujet, que je n'ai pas lu

Voici sa réponse:

Bonjour Madame,
J'ai seulement pu consulté mes archives ce week-end (elles sont chez mes parents) et je n'ai pas retrouvé la trace de vos sœurs.
Savez-vous quel réseau les a cachées?
Avez-vous consulté les archives de l'OSE?
Savez-vous dans quelle commune mayennaise ils ont été cachés?
Je pourrais peut-être vous aider dans ce cas.
Je reste à votre disposition.
N'hésitez pas à me contacter si vous avez de nouveaux éléments.
Je vous tiens au courant si je trouve quelque chose de nouveau.
Bonne réception.
Valérie B.

12 septembre, 2007

Mes oncles Joseph et Georges, les plus jeunes de la famille posent sur le pont, près de la rue des Deux-Ponts


Ma famille habitait 10/12 rue des Deux-Ponts, Paris 4è
Ceux qui étaient mariés, comme mon père n'y étaient plus
D'autres étaient cachés
Mes oncles Joseph et Georges, les plus jeunes de la famille posent sur le pont, près de la rue des Deux-Ponts

Ils ont l'étoile jaune cousu sur leur poitrine, comme la loi d'alors les y obligeait

Ils n'ont pas été déportés
Ce sont les seuls qui sont nés en France
Voir ICI